Accueil Date de création : 06/10/07 Dernière mise à jour : 16/09/14 10:18 / 1742 articles publiés

VENISE 2007

VENISE 2007  (VENISE 2007) posté le lundi 19 octobre 2009 09:30

Je suis allée passer quelques jours en juillet 2007 avec quatre de mes petites filles.

Je crois en avoir déjà parlé!

Mais au-delà du plaisir immense que nous avons ressenti et des souvenirs que nous n'oublierons pas, parler de Venise est une autre réflexion!

Venise est une destination époustouflante.

Nous avons tous vu au travers de reportages des villages lacustres. Mais ces villages sont restés des villages. Venise elle est devenue l’une des plus belles villes du monde. Ca vous questionne ?
Les premiers vénitiens se sont installés sur l’eau pour fuir l’hostilité ambiante de la terre ferme. Devenus prospères, pour des raisons qui me sont inconnues mais certainement très pragmatiques, ils ont préféré consolider sur place malgré les nombreux obstacles techniques. Et ces hommes ont bâti une cité sérénissime !

En 1000 ans et malgré l’absence de fortifications militaires, la cité n’a pas été envahie.

Telle que je l’imagine... ... les vénitiens étaient une population très riche, immensément riche, riche comme jamais ne l’a été avant et depuis un groupe d’hommes. Ils se sont appuyés sur cette richesse pour bâtir la ville que nous connaissons. Quand à partir du 16ème siècle, le déclin s’amorce au profit de nouvelles routes commerciales telles que l’Amérique, la ville a vécu quelques temps sur ses acquis. Mais le regain de splendeur n’est pas venu, et parce que le changement à Venise coûte extraordinairement cher, la ville s’est figée et conserve certainement le mieux les caractères qu’ont pu avoir dans les siècles passés les villes du continent.

Tout mon plaisir à Venise tient dans ces quelques considérations. Tout ce que l’on contemple à Venise est l’expression d’une aventure humaine audacieuse et extra-ordinaire et en porte visiblement les traits. Se promener à Venise, c’est aussi imaginer ce qu’ont pu être nos villes cinq siècles auparavant, des petites ruelles qui débouchent sur des places inimaginables quelques mètres plus tôt ou au contraire des ruelles qui se serrent contre des églises monumentales.
Mais comme souvent, Michel Tournier en apporte la clef : "Point n’est besoin d’être allé à Venise pour connaître cette ville, tant elle fait partie du paysage imaginaire de chaque Européen. Tout au plus y va-t-on pour la reconnaître."

Enfin, de quoi emporter votre imagination :

"Les gondoles amarrées, ces chevaux incertains."
"A Venise, les maisons n’ont pour fondation que leur propre reflet." Michel Tournier

lien permanent

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à gigoulette

Vous devez être connecté pour ajouter gigoulette à vos amis

 
Créer un blog